AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Il ne faut jamais se réjouir de sa journée avant d'avoir mis son bonnet de nuit { ft. Théodora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Humain
Humain
Ezeckiel B. Wellington
Ezeckiel B. Wellington
Féminin
Nombre de messages : 19
Age : 26
Age du perso : 28 ans
Il ne faut jamais se réjouir de sa journée avant d'avoir mis son bonnet de nuit { ft. Théodora Qrap0l

Date d'inscription : 28/11/2010

[+++]
Relations }:
Il ne faut jamais se réjouir de sa journée avant d'avoir mis son bonnet de nuit { ft. Théodora Vide
MessageSujet: Il ne faut jamais se réjouir de sa journée avant d'avoir mis son bonnet de nuit { ft. Théodora Il ne faut jamais se réjouir de sa journée avant d'avoir mis son bonnet de nuit { ft. Théodora Icon_minitimeDim 6 Mar - 22:58

Il ne faut jamais se réjouir de sa journée avant d'avoir mis son bonnet de nuit { ft. Théodora Dfscarlettjohansson49at Il ne faut jamais se réjouir de sa journée avant d'avoir mis son bonnet de nuit { ft. Théodora James-Franco-james-franco-17916794-100-100


    Ezeckiel Blake Wellington buvait son quatrième café depuis son réveil le matin même aux aurores. Nouvelle drogue douce qu’il avait trouvé pour combattre ses nuits d’insomnies. Le médecin sourit aux élèves et collègues qu'il croisait dans les couloirs, le genre de sourires qui vous réchauffent le cœur même si vous ne connaissez pas la personne qui vous les adresse. Pourtant, si l’on prenait la peine d’observer fixement cette moue visiblement chaleureuse, l’on découvrait alors qu’elle restait comme figée, imprimée sur les traits séduisants de son visage. Masque d’un homme préférant le mensonge plutôt que de dévoiler ses sentiments, sa culpabilité. En effet depuis quelques mois, ses cauchemars ne cessaient de lui montrer le doux visage de sa petite fille de trois ans, Perséphone, lui répétant que tout était de sa faute si elle était à présent à l’état de cadavre. Le visage de son ex femme apparaissait alors en pleurs, avant que ses souvenirs ne se mélangent pour le mettre au volant de cette voiture –non pas cette qu’il conduisait lors de l’accident- mais celle du conducteur ivre qui les avait percuté. Alors, plutôt que de revoir cette abomination toutes les nuits, le médecin préférait ne pas dormir du tout, d’où les cernes qui commençaient à apparaitre sous ses yeux noisettes. Lorsqu’il pénétra dans l’infirmerie, son aide soignante l’accueillis vivement avant de lui annoncer qu’une élève se trouvait déjà dans son bureau.

    «Mademoiselle Doyle…» salua-t-il, l’a gratifiant de son sourire le plus agréable. « Votre cicatrice vous brûle-t-elle toujours ? » Demanda-t-il avec douceur en se penchant vers la jeune élève debout devant son bureau avec de grands yeux verts-noisettes pétillants, semblables à ceux d’Ezeckiel d'ailleurs. « Non, Docteur. » Ce dernier prit le dossier de la ‘patiente’ et le survola avant de froncer les sourcils. Camilla Doyle était l’une des misérables victimes de la tyrannie des Vampires, elle s’était fait mordre il y a peu et s’était pourtant très bien adaptée à sa nouvelle nature. C'était l'une de ses deux visites mensuelles. L’une après sa morsure, et la seconde pour s'assurer que son corps ne subissait pas des dommages trop importants suites aux transformations, mais aussi voir comment elle vivait la situation. Soutenir du mieux possible. « Bien » reprit Ezeckiel avec énergie et un sourire après avoir fermé le dossier et l'avoir posé sur une table. Il s’approcha de Camilla et s'adressa directement à elle. « Voulez vous bien enlever votre chemisier que je vous ausculte ? Je dois voir votre cicatrice... » La jeune femme s’exécuta, un sourire en coin au bord des lèvres. A peine âgée de dix-huit ans, la jeune femme voyait déjà sa vie compliquée par un phénomène qu'elle n'avait pas choisi. Sa carrière professionnelle serait difficile mais aussi plus tragiquement son adaptation dans la société. Le chemisier retiré, le médecin observa sa blessure désormais soignée. Sur son ventre quelque peu rebondi se trouvait une imposante marque qui le tranchait sur toute sa longueur, délicate attention laissée par son bourreau après l’avoir mordu. C'était la première fois qu’Ezeckiel voyait quelqu'un d'aussi jeune se faire à ce point maltraiter lors d’un échange de sang – mais ce fut de loin la dernière – et avec un regard abasourdi qu'il masqua par professionnalisme, le jeune homme se rendit compte à quel point une les griffes du Vampire étaient passées près du cœur de Camilla. A quelques millimètres, elle aurait été tuée. « Est-ce que cela vous fait mal si j'appuie ici ? »

    La consultation continua ainsi pendant une bonne demi-heure. Ezeckiel vérifia un peu tout, prenant le temps de s'assurer que l’élève ne souffrait pas inutilement, mais surtout si elle se nourrissait de poches de sang assez régulièrement pour éviter toute catastrophe. Il imaginait d'ici la Directrice Jackman hurler à corps et à cris après lui parce qu'il n'avait pas été foutu de faire son travail convenablement. A la pensée de la jeune femme, un sourire vint éclairer son visage. Voilà quelques temps qu'il ne l'avait pas vu, ne la croisant ni dans la salle des professeurs, ni dans les couloirs. Sans doutes était elle très occupée suite aux deux meurtres qui avaient ravagés la population de Linston. Ainsi la jeune élève put retourner en cours après avoir fixé un autre rendez vous avec l’aide soignante le mois suivant. L’horloge murale allait bientôt sonner la fin des cours de la matinée, et personne hormis Camilla n’était encore passé à l’infirmerie. C’était une bonne chose en soi, si les Vampires pouvaient apprendre à se maîtriser, le jeune médecin aurait beaucoup moins de pression sur les épaules. Enfin… Mais alors qu’il s’apprêtait à sortir de son bureau afin d’aller chercher un cinquième café pour tenir la route, il découvrit une personne tout sauf opportune derrière la porte. Théodora Jackman se tenait là, visiblement aussi étonnée que lui à l’idée de la voir. Une moue sarcastique vint étirer ses traits, alors qu’il fourrait ses mains dans les poches de sa blouse blanche. « Ah, Mademoiselle Jackman, quel délice de vous voir parmi nous. Une aspirine peut-être ? Au cas où vous ne supporteriez plus la présence nos amis à longues dents… »




Revenir en haut Aller en bas
Fondatrice & admin
Fondatrice & admin
Theodora Jackman
Theodora Jackman
Féminin
Nombre de messages : 1187
Age : 26
Age du perso : 25 ans
Phrase Perso : C'est ma vision de voir XD
Il ne faut jamais se réjouir de sa journée avant d'avoir mis son bonnet de nuit { ft. Théodora Sj4-1cf7053

Date d'inscription : 08/08/2008

[+++]
Relations }:
Il ne faut jamais se réjouir de sa journée avant d'avoir mis son bonnet de nuit { ft. Théodora Vide
MessageSujet: Re: Il ne faut jamais se réjouir de sa journée avant d'avoir mis son bonnet de nuit { ft. Théodora Il ne faut jamais se réjouir de sa journée avant d'avoir mis son bonnet de nuit { ft. Théodora Icon_minitimeMar 15 Mar - 18:10

Voilà plusieurs jours que Theodora traînait quelque chose, elle avait mal à la tête, un rhume et mal à la gorge. Elle ne pouvait même plus crier ! Elle se retrouvait avec la voix aussi forte que celle d'une sourie, oui, quand elle essayait de parler, ça se finissait toujours en couinement tellement ça lui faisait mal. Donc, elle se contentait de se taire... Elle espérait que ça passerait, mais rien ni faisait, ça faisait trois jours qu'elle se baladait dans les couloirs sans pouvoir crier les élèves qui ne respectaient pas le règlement. Heureusement qu'un seul de ses regards noirs faisaient arrêté tous ceux qui étaient sur son passage. Elle avait beau être jeune et sans voix, elle savait se faire respecter. Il fallait vraiment qu'elle pense à se soigner... Au moins, qu'elle prenne une aspirine, sa pauvre tête n'en pouvait plus... elle avait l'impression qu'elle allait exploser. Puis, tous ses soucis d'écoles ne lui arranger pas son crâne.

« Mme Jackman ! Mme Jackman ! »

'Qui est cet imbécile qui hurle comme ça ?!' Theodora se tourna en souriant, c'était sa secrétaire, elle paraissait affolé, que ce passait il encore ? Encore son chat qui s'était perdu dans son appartement ? La première fois que sa secrétaire était arrivée en hurlant de terreur Theodora avait vraiment cru qu'il se passait quelque chose de grave, mais non, c'était le chien du voisin qui avait fait peur au chat de la dame et elle devait se dépêcher de rentrer chez elle pour le consoler. La deuxième fois, Theodora ne s'était pas précipité et elle avait bien fait, car c'était encore une histoire débile avec le chat peureux. Aujourd'hui, après deux mois de fonction la secrétaire avait fait une vingtaine d'entrer en trombe dans son bureau... Theodora ne se leva même pas de son bureau.

« Mme Jackman, vous ne devinerez pas ce qui est arrivé ! »


Même si elle essayait de deviner, elle ne pouvait pas répondre, elle laissa donc la femme parlait.

« J'ai un nouveau chat !! »

'Ah non ! L'horreur !!' Elle avait un nouveau chat !! Mais c'est horrible, comment allait-elle faire avec une secrétaire jamais là ?! Elle devait vraiment chercher une remplaçante.

« Il faut que je rentre pour le nourrir, où il va mourir, vous comprenez ? Alors, je rentre dans une heure, ne vous inquiétez pas ! »


Theodora se contenta d'acquiescer, de toute façon, sa secrétaire serai quand même parti. Au moins, elle aurait un peu de calme... Quand la porte se ferma derrière la madame chat, elle croisa ses bras sur son bureau pour mettre sa tête dessus. Elle avait vraiment mal à la tête... Quelle heure était il ? Presque midi... L'infirmerie devait être ouverte... Arg... Mais il y avait Ezeckiel, il n'allait surement pas être content de la voir dans cet état... Ces temps si, Theodora avait entendu dire qu'il avait pris l'habitude d'aller prendre un café vers midi, peut être était-il parti ? Elle pouvait toujours espérer. Elle se lève et sort de son bureau pour se diriger vers l'infirmerie. Les bavardement des gens dans les couloirs étaient insupportables, ça lui faisait un de ces mal de crâne, elle en pouvait plus... Elle arriva devant l'infirmerie, pour l'instant... personne en vue...

La porte s'ouvrit sur... Ezeckiel c'était obligé, qu'est ce qu'elle avait cru ? Elle allait surement recevoir un savon, surtout qu'elle n'était pas allée le voir depuis pas mal de temps vu qu'elle était pas mal occupée. Bon, il fallait faire l'innocente, genre, je me baladais par là.

« Ah, Mademoiselle Jackman, quel délice de vous voir parmi nous. Une aspirine peut-être ? Au cas où vous ne supporteriez plus la présence nos amis à longues dents… »

Comment il le savait ? Rraa... Il devinait toujours tout... Non, c'était un coup de chance, la plupart du temps quand on va à l'infirmerie on prend une aspirine non ? Et bien voilà, il avait juste fait une supposition. Bon... Comment répondre ? Elle avait quand même plus de voix... Peut-être faire comme pour tous les autres, elle se contenta d'acquiescer de façon sérieuse, genre - dis rien ou ça va mal aller - c'était assez débile de sa part de réagir commença, mais elle n'aimait pas qu'on la sermonne. Elle passa devant Ezeckiel et entra dans l'infirmerie, elle regarda autour d'elle, des placards un peu partout... Ou pourrait-elle trouver son aspirine ? Elle n'allait pas demander à l'infirmier vu comme elle lui avait parlé... Elle commença à chercher, un tiroir, deux, trois, quatre... N'était-elle pas passé par la déjà ? Ne me dîtes pas qu'elle est aussi nulle pour trouver les choses que les ranger... Alors, les aspirines, elle pouvait faire une croix dessus.

Elle cherchait toujours quand elle eut un coup de fatigue, elle commença à voir trouble, elle s'arrêta un instant pour laisser sa tête se remettre à fonctionner, mais ça ne marchait pas vraiment, elle chercha donc un des lits de l'infirmerie pour s'asseoir, elle en trouva un et s'assit. Elle ne pouvait pas trouver d'excuse pour ce comportement. Elle devait dire à Ezeckiel qu'elle était malade même si son orgueil prenait un coup, un petit en tout cas. Elle se tourna vers lui et chuchota :

-Je suis désolée, je suis malade... Tu n'aurais pas quelque chose pour moi...


Elle espérait qu'il avait entendu, elle ne se sentait pas de répéter. Surtout que c'était le plus fort qu'elle arrivait à parler...


Il ne faut jamais se réjouir de sa journée avant d'avoir mis son bonnet de nuit { ft. Théodora 989633ScarlettJ1
crédit signature : SIL ; Crédit avatars : Tomorrow
Revenir en haut Aller en bas
http://hunter-city.keuf.net
Humain
Humain
Ezeckiel B. Wellington
Ezeckiel B. Wellington
Féminin
Nombre de messages : 19
Age : 26
Age du perso : 28 ans
Il ne faut jamais se réjouir de sa journée avant d'avoir mis son bonnet de nuit { ft. Théodora Qrap0l

Date d'inscription : 28/11/2010

[+++]
Relations }:
Il ne faut jamais se réjouir de sa journée avant d'avoir mis son bonnet de nuit { ft. Théodora Vide
MessageSujet: Re: Il ne faut jamais se réjouir de sa journée avant d'avoir mis son bonnet de nuit { ft. Théodora Il ne faut jamais se réjouir de sa journée avant d'avoir mis son bonnet de nuit { ft. Théodora Icon_minitimeSam 16 Avr - 14:43



    Elle déboula dans l’Infirmerie, complètement indifférente à ses sarcasmes, sans même y répondre d’ailleurs. Apparemment, la jeune directrice avait décidé de trouver son aspirine sans lui, chose qui lui tira un demi-sourire puisqu’il changeait souvent l’emplacement de ses médicaments, coutume qu’il avait prise du temps ou il devait empêcher Cassandra de trouver ses anxiolytiques dont elle se gavait sans cesse. Il observa la blonde quelques minutes s’exaspérer de ne pas trouver son médicament, non sans grimacer lorsqu’il l’a voyait farfouiller dans tous ses tiroirs –pas qu’il avait des choses à cacher, mais par principe, et puis il était très maniaque. Mais alors qu’elle s’afférait en tout sens, Ezeckiel remarqua que sa collègue se troubla, perdant quelques peu l’équilibre, elle chercha l’appuis d’un meuble avant de finir sa course sur l’un des lit de ses patients.

    « Je suis désolée, je suis malade... Tu n'aurais pas quelque chose pour moi...»

    A présent qu’ils étaient en privé, passer du ‘vous’ au ‘tu’ ne le dérangeait pas, d’autant plus que Théodora semblait ne jamais faire la différence, et c’était tant mieux. Le chuchotement de la jeune femme lui fit comprendre qu’elle ne répéterait pas une seule fois sa phrase, lui montrant qu’elle n’était pas réellement d’humeur à plaisanter ce matin là. Il eut un petit rire cependant et remit ses lunettes sur le bout de son nez.

    « Ne t’excuse pas, voyons. Ça arrive à tout le monde d’attraper un virus, même aux Directrices aussi acharnées que toi. »

    Petite touche d’humour adressée à la jeune femme pour la distraire quelque peu, avant que le jeune médecin ne saisisse son stéthoscope et ne l’accroche autour de son cou. Il est vrai que tout comme ses collègues, tous avaient la même vision de Théodora : un sacré petit bout de femme, marchant dans les traces de son père, qui malgré son jeune âge menait d’une main de fer cet établissement. Mais, être à ce point prise par son travail ne pouvait pas être que bénéfique pour sa santé physique comme mentale, Ezeckiel le savait mieux que personne. C’était assez étrange d’ailleurs de soigner sa supérieur hiérarchique, d’autant plus quand cette dernière était sacrément séduisante. Chassant cette pensée de son esprit, il se racla la gorge, tentant de faire abstraction de sa propre fatigue et lui dit :

    « D’ailleurs, je suis tenté de te dire que tu travailles trop. Le surmenage n’est pas bon pour la santé, tu sais. Enfin, voyons voir ce que tu as…»

    Il s’approcha de Théodora, tâta du bout de ses doigts ses glandes salivaires, puis fit tourner délicatement sa tête de droite à gauche puis de haut en bas, lui demanda à chaque fois si elle ressentait une quelconque douleur. Il prit sa tension, écouta les battements de son cœur à l’aide de son instrument et finalement, lui demanda d’ouvrir grand la bouche tout en prononçant la monosyllabe « A ». Rangeant son matériel, il se racla une nouvelle fois la gorge et retira ses lunettes pour observer de ses yeux clairs la Directrice, assise sur le lit des élèves malades.

    « Mal de gorge, fatigue…Eh bien, je dirai que tu as attrapé un beau virus. Beaucoup de repos et quelques médicaments devraient t’aider à aller mieux dans quelques jours. J’insiste sur le mot ‘repos’, Théodora. Tu n’as pas que le travail dans ta vie, rassures moi ? »

    Il lui sourit avant d’ouvrir l’un de ses tiroirs fermés à clef (le seul ou elle n’avait pas cherché en rentrant dans l’infirmerie quelque minutes plus tôt) avant de lui en sortir quelques dolipranes et pastilles pour la gorge qu’il lui tendit. Allant chercher un verre d’eau pour qu’elle puisse prendre son médicament, il le luit tendit avant de s’assoir sur le bord de son bureau, juste en face d’elle, tout en lui souriant. Toutefois, son expression se voulait soucieuse…

    « D’ailleurs, ça n’a rien a voir mais, j’ai lu dans le journal ce matin que les Jonhson organisaient leur bal de charité à Manhattan cette année. Tu y es conviée ? »

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Il ne faut jamais se réjouir de sa journée avant d'avoir mis son bonnet de nuit { ft. Théodora Vide
MessageSujet: Re: Il ne faut jamais se réjouir de sa journée avant d'avoir mis son bonnet de nuit { ft. Théodora Il ne faut jamais se réjouir de sa journée avant d'avoir mis son bonnet de nuit { ft. Théodora Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Il ne faut jamais se réjouir de sa journée avant d'avoir mis son bonnet de nuit { ft. Théodora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp University :: WELCOME TO LINSTON :: Hall & Administration :: Infirmerie-