AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Sombres Songes | C. Johnson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Féminin
Nombre de messages : 89
Age : 25
Age du perso : 2306 ans
Amour : Lilly T. Johnson
Phrase Perso : « Tous les matins du monde sont sans retour. »


Date d'inscription : 11/07/2010

[+++]
Relations }:
MessageSujet: Sombres Songes | C. Johnson Dim 11 Juil - 22:56

CALVIN ALDERIC JOHNSON featuring Ed Westwick


2306 ans
Né sous le regard bienveillant de la Lune
Fondateur des Etres de la nuit
Troisième année
Aime les filles
Poste Vacant

© Ed Westwick

Sadique »
Spoiler:
 
Charismatique »
Spoiler:
 
Infidèle »
Spoiler:
 


We need to talk about



    « Link it to the world
    Link it to yourself
    Strech it like a birth squeeze. »

    Muse

    ~ Turquie


    Se réveiller au milieu d'un champ de bataille alors qu'on se croit au paradis, porte à penser qu'en réalité on se trouve en enfer. Le jeune homme est allongé dans la poussière, ses vêtements sont déchirés mais cache sa peau blanche. Il ne parvient à ouvrir les yeux à cause de la poussière qui les a collé. Quelle idiote cette poussière … Combien de temps était-il resté là ? Il n'en a aucune idée, néanmoins, d'après les courbatures qu'il ressent dans ses jambes, ses bras, son dos, dans le moindre de ses muscles, même le plus petit, il se doute qu'il est sûrement resté un moment allongé sur cette poussière. Il parvient à ouvrir les yeux après avoir retiré la poussière de ses mains fines et pâles, presque translucide. Lorsqu'il ouvre les yeux, il remarque un ciel rouge. Rouge comme le sang, comme le ciel lorsque le soleil se couche lentement. Soudain, un besoins étrange lui vient. Il ne l'avait pas remarqué, trop occupé à comprendre où il était : la soif. Pas une soif comme les autres, plutôt comme … Comme si c'était vraiment vitale. Pas la soif de liquide frais comme le l'eau. La soif du sang. En se redressant lentement, le rescapé découvre un paysage de désolation. Autour de lui tout est mort : la flore, les hommes même la faune n'est plus présente. En se relevant ainsi il tape dans un corps sans le vouloir et une odeur de sang se répand dans l'air. Il n'arrive plus à se contrôler, sans comprendre se qu'il fait et sans pouvoir lutter, il attrape le cadavre d'un soldat et plante ses dents dans son cou. Instinctivement. Il boit, le liquide n'est pas tout à fait froid, il n'irait pas jusqu'à dire qu'il est encore chaud, non, ni tiède, mais il n'est pas froid et c'est plutôt bon. Lorsque le défunt est vidé de son sang, il faut dire qu'il en restait peu, cet être particulier ne peut s'empêcher de mordre un deuxième corps, puis un troisième et ainsi de suite, jusqu'à ce que … Un bruit résonne, au milieu de ce silence mortuaire que la succion seule ose briser. Un bruit de pas et des voix graves. Les hommes, ils approchent. Le buveur de sang lâche de corps frêle qu'il tient entre ses doigts, instinctivement, et celui-ci vient s'écraser au sol sans grand bruit. Il se lève, en réalité il est grand, vraiment, il prend la peine, cette fois, de regarde autour de lui et remarque qu'il est entouré de maison. Depuis son réveil la nuit est tombée et il fait presque noir. Néanmoins pas tout à fait. On peut voir plutôt bien se qui entour le champ au mort mais il est difficile de voir qui vient dans sa direction. Les hommes qui approchent sentent bon, enfin … Du point de vu d'un Vampire … Derrière lui il entend une femme crier et des bruits de pas rapide, légers, un enfant qui court, dans sa direction à lui. Pourquoi tout le monde vient vers lui, il le sent, il ne va encore pas pouvoir se contrôler … Il se retourne et voit un petit garçon, blond d'après la lumière doré qui émane de sa chevelure. La femme, certainement sa mère se met à crier :

    « Calvin, je t'en supplie reviens, c'est trop dangereux ! »

    L'enfant se résigne alors à faire demi tour, sans avant, jeter un coup d'œil à l'homme au milieu des corps inertes. Les soldat terminent leur avancée vers le seul survivant. Arrivé à leur hauteur ils débitent des mots qu'il ne comprend pas, ils parlent vite, de plus une langue qui lui est inconnu. Tout se qu'il comprend lui, c'est qu'ils ne doivent pas voir ses yeux sinon ils le tueront. Il baisse alors la tête. Instinctivement. Pourquoi baisser la tête ? Tout simplement parce qu'il a les yeux d'un rouge vif à faire peur à une meute lion. Malgré la dizaine de cadavres qu'il a vidé de leur sang, il a toujours soif et il doit lutter pour ne pas perdre le contrôle et se jeter sur ses interlocuteurs.
    Après une longue discussion, les quatre soldats entourent le jeune homme et lui font signe de les suivre. Il n'a d'autre choix que s'exécuter. C'est alors que le petit groupe, Vampire au centre, marche durant une petite trentaine de minutes pour entrer dans un bâtiment bombé de soldats. Il ne sait pas comment il va faire pour expliquer sa situation car ils ne sait pas parler la langue de ce pays dont il ne connaît encore rien. Instinctivement il voudrait parler anglais. Peut-être est-il né en Angleterre, dans les chics rues de Londres ! Ou dans un coin plus reculé du pays … Il ne peut le dire.
    Un homme, sûrement un général d'après son habit, vient à lui et lui tend une main ferme. Il la prend et la sert faiblement.


    « Soldat, vous êtes le seul survivant. Quel est votre nom ? »

    Son nom, il ne le connaît pas puisqu'il ne se souvient de rien avant son réveil au beau milieu d'un boucherie qui ne le gênait pas tant que cela. Il ne sais que répondre, puis il se souvient de cet enfant qui courait vers lui et qu'il c'était fait rappeler par sa mère. Calvin.

    « Mon nom est Calvin. Calvin Johnson. »

    Johnson était en réalité le nom qu'il avait vu sur les papiers d'un des cadavres. Sur le moment il n'avait pas fait attention au prénom du soldat, il avait simplement remarqué son nom, comme si celui-ci lui rappelait quelque chose. Quoi ? Et bien seul Dieu le sait, si il est réellement là haut.
    Pensant que c'était un ennemi, les soldats Turques l'avait enfermé mais cela ne servit à rien puisque trois heures exactement après son enfermement il s'échappait déjà. Il courait désormais à travers les rues et il a dû courir bien longtemps avant de se sentir en sécurité.





    « I lost my invitation.
    To the funeral of your
    I still believe I still doubt
    I saw you through the window . »
    Empyr

    ~ Égypte

    Voilà maintenant trois jours que Calvin est sur le territoire Égyptien. Il traque la moindre personne pour être sûre qu'il n'y a pas de … de personne comme lui. Voilà un moment qu'il parcourt tous les pays de l'Europe afin d'en trouver une mais rien. Il semblerait qu'il soit seul dans son malheur. Depuis son réveil il a tout de même retrouvé quelques éléments de sa vie d'avant comme il aimait l'appeler. Il sait désormais qu'il n'a jamais aimé tuer et qu'il avait été envoyé en Turquie pour se battre. Il avait retrouvé des papiers comportant sa photo et le cachet de l'Angleterre néanmoins il n'avait pu lire son adresse ni ses noms et prénoms. Un trou causé par une lance l'en empêchait.
    Il repensait à son parcours, marchant les pieds nus dans les herbes hautes et sèches quand il vit surgir une femme, nue, devant lui. La femme court droit sur lui et il n'a pas le temps de réagir qu'ils sont déjà à terre, elle sur lui. Elle défait les premiers boutons de sa chemise et montre ses dents bien blanches et aiguisées se qui le fait sourire. Il se laisse donc faire, de toute manière lorsqu'elle sentira le contact froid de son sang bleu sur ses lèvres elle arrêtera. Il avait essayé de boire son propre sang dans une période de famine et c'était vraiment pire que tout. Pire même que le sang des animaux qui, à côté, semblait somptueux. La réaction de la jeune Vampire ne tarde pas. Elle se redresse soudain avec une moue dégoûtée et crache son sang sur le sol. Il ne peut s'empêcher de sourire, il est heureux, heureux d'avoir enfin trouvé un être au sang froid, un buveur de sang, et en plus c'est une femme. Une belle femme. Il n'ose pas trop la regarder parce qu'elle est nue. Pour remédier à cela, Calvin défait les autres boutons de sa chemise, la retire et la pose sur le dos de la jeune femme. Vu qu'elle ne bouge pas il en boutonne délicatement quelques-uns puis il se relève lentement pour ne pas plus l'effrayer. Il se penche en avant, une main dans le dos, et dans un anglais parfait avec une voix chaleureuse il déclare :


    « Calvin Johnson. Enchanté de vous rencontrer, Mademoiselle ... »

    C. attrape ensuite la petite main aussi blanche que la sienne et dépose un baiser doux sur celle-ci. Se redressant il lui demande son nom mais elle ne répond pas. Il est si heureux qu'il ne s'aperçoit pas que la jeune Vampire semble vraiment effrayée, ses yeux sont d'un rouge très vif et elle doit sûrement avoir très soif. Puis elle baisse la tête comme gênée, comme si elle n'avait rien à dire, qu'elle ne pouvait répondre à cette question si bête : Quel est votre nom ? Il sait l'effet que cela fait parce qu'il l'a ressenti la première fois qu'on lui a demandé. Il ne savait que répondre aux soldats Turques. Néanmoins, pour elle cela allait être plus simple parce que maintenant il était là et il allait lui donner une identité. Il se met à chercher un prénom qu'il aurait entendu durant son long voyage, se mordant la lèvre inférieure. Il s'assied ensuite en face d'elle, en tailleur puis il la regarde. Elle lui rappelait une petite fille qu'il avait rencontré sur un bateau pour aller en Grèce il y a deux ans de cela, une petite rousse qui semblait toujours gênée de venir lui parler, comme si elle pensait l'importuner or il n'en était rien. La petite fille se prénommait Lilly. Il attrape donc le menton de la rouquine et la force à lever la tête dans des gestes doux. Puis s'assurant qu'elle gardera la tête levée et qu'elle le regardera, il repose sa main sur son genoux lentement et lui chuchote :

    « Lilly ... Lilly Johnson. »
    « C'est beau ... »

    Pour la première fois il entend le son de sa voix. Elle lui semble mélodique, douce, rassurante avec un brin de peur. Il aimerait tellement la prendre dans ses bras et lui assurer qu'elle n'a plus rien à craindre, qu'elle n'aura plus à se cacher. Mais il craint de l'effrayer plus encore. Il ne peut s'empêcher de sourire puis il remarque que lentement, mais sûrement, un sourire se dessine sur les lèvres encore ensanglantées de Lilly.
    Passant son bras autour de sa taille pour l'aider à se relever, ils partent ensemble dans les herbes hautes de l'Égypte.





    « Bury it, I won't let you bury it,
    I won't let you smother it,
    I won't let you murder it ! »

    Muse

    ~ Angleterre


    Des heures que Devon et Calvin se dispute pour un rien pendant que Lilly et Aileen comptabilisent les points des deux Vampires ! Que voulez vous, il faut bien se trouver un divertissement lorsque l'éternité s'offre à vous. Le sujet de la dispute ? Encore une histoire de pouvoir, Calvin sait pertinemment que Devon est le chef du clan mais C. aime tellement créer la discorde sur ce propos. Cette fois, ça va plus loin. Ils ne se servent pas seulement des mots … L'amoureux de Lilly en vient aux mains … Il ne supporte plus le Japonais et ses aires de grand maitre du monde, comme si c'était le plus intelligent, le plus beau, sauf que c'est Calvin qui a su donner l'illusion à Louis XIV qu'il était humain, Calvin qui a soumis Satis, Calvin qui détient l'amour de Lilly, alors l'asiatique de naissance lui doit le respect non ? Le poing part et vient s'écraser sur le nez du Fondateur. Celui-ci riposte de suite et le brun se retrouve avec un poing glacé sur le l'oeil et la douleur lui décoche une grimace qui gâche son beau visage.

    « Enfoiré, faut toujours que tu montres que c'est toi le plus fort hein ? Tu ne peux pas t'en empêcher ! C'est plus fort que toi ! »
    « Et toi alors ? Faut toujours que tu la ramènes, tout ça parce que tu ne supportes pas que je sois plus fort, plus intelligent et plus admiré que toi ... »

    Devon utilisait toujours les mêmes mots, mais c'était parce qu'il savait pertinemment que ça blessait Calvin au plus profond de lui. Il touchait sa dignité et cela devant les filles, devant Lilly. C. pesta et sur un ton sarcastique cracha :

    « Pauvre chose futile, si tu es chef c'est juste parce que je refuse d'utiliser les gens comme toi tu le fait. »

    Aïe, il y a des limites Calvin … Là tu les dépasses, on ne traite pas un Fondateur de chose et on ne le qualifie pas de futile. C'est comme dire au Roi qu'il n'a aucune influence sur ses sujets. Ça ne se dit pas, ça ne se pense même pas. Devon l'attrape, son bras droit autour du cou du premier, et plaque son dos contre lui.

    « Écoute moi bien Calvin Alderic Johnson, le chef c'est moi, tu me dois le respect, alors ferme là. C'est bien compris ? »
    « Va te faire Devon ! »

    Devon lança le Vampire à travers la pièce et celui-ci s'écrasa contre une petite table qui se brisa sous la violence du projectile. Calvin était fou de rage, il se releva, Lilly arriva près de lui avec une rapidité surprenante et lui demanda de se calmer. Elle le prit dans ses bras et il commença à reprendre ses esprits lentement … Il n'y avait qu'elle qui pouvait le calmer. Elle était sa faiblesse, la seule personne capable de le rassurer, le seul éléments qui lui permettait de flancher contre Devon. Elle l'arrêtait toujours au bon moment et ça valait mieux pour lui. Lorsqu'il reprit ses esprits, il serra Lilly dans ses bras tout en fixant son adversaire qui semblait triomphant. Cela l'énervait mais il ne fit rien.




    « I'm falling in love with you,
    And I'm dreaming of the things we'd do.
    But you don't know, you don't know me, at all »


    Mika

    ~ Canada


    Déjà deux milles trois cent cinq six ans que Calvin est un Vampire, un sang froid, un buveur de sang, une sangsue comme se plaisent à dire certaines personnes. Le temps passe vite, surtout lorsqu'on est en bonne compagnie. C. est allongé à côté de Lilly, son bras droit touche le gauche de son amoureuse. Elle a encore les yeux fermés, il la regarde. Elle est tellement belle quand elle dort ! On pourrait la comparer à un ange, un ange roux. Sa poitrine se soulève et se baisse au rythme de sa respiration régulière et un sourire semble figé sur ses lèvres. Peut-être rêve t'elle ? De lui ? Ou d'un autre avec qui elle a passé la nuit … Il sait qu'elle le trompe et il le lui rend bien. Après tout, comment une femme aussi belle pourrait se contenter d'un seul homme, surtout après autant d'années. Au début ils restaient ensemble, juste tout les deux, aucun n'allait voir ailleurs, puis C. avait découvert que sa Lilly le trompait mais ils avaient longuement discuté à ce propos et elle n'aimait que lui. Il était son unique amour et elle était sa seule raison de vivre, la seule et l'unique, celle qui lui permettait de rester dans le champ gravitationnel, Lilly, à elle même, était son centre de gravitation pour tout dire. Il n'était jamais loin d'elle et inversement.
    Il soulève délicatement son bras gauche pour ne pas faire bouger le lit et approche très lentement sa main blanche du visage de la Vampire. Caressant doucement son visage de velours si lisse, il se met à sourire. Il se dit qu'il a de la chance et il jure de ne jamais vivre sans elle. C'est beau l'amour … Soudain elle ouvre les yeux, il se tourne sur son côté droit pour mieux regarder ses grands yeux verts qui commencent à foncer. Aurais-tu faim mon amour ? Si non, cela ne va pas tarder ! Le soleil illuminant ses boucles rousses elle semble resplendir au milieu de la chambre sombre. Il lui fait son plus beau sourire, puis il approche son visage jusqu'à ce que leur nez se touchent et il susurre très lentement :


    « Bonjour mon amour ! Bonne nuit ? »

    Puis il pose ses lèvres sur celles, quelque peu rosées, de sa fiancé. Elle sent la rose mélangé à un parfum de violette. Il se recule ensuite pour la regarder quelques secondes et replonge aussitôt vers sa bouche en l'attrapant par la taille. Entre deux baisers elle répond que oui sur un ton saccadé.
    Un peu plus tard dans la journée, leurs yeux se faisant de plus en plus foncés, ils décident de sortir manger un petit quelque chose. Trouver un humain vulnérable devient de plus en difficile. De nos jours ils ont tous leur portable sur eux et dés qu'ils sentent de danger approcher ils appellent n'importe qui, ainsi, Calvin attaque et la personne au bout du téléphone se demande ce qu'il se passe, appelle la police et il l'a alors à ses trousses. C'est pourquoi, quand ils ne trouvent pas, ils se rabattent sur les animaux mais leur sang n'est pas aussi nourrissant. Surtout celui des herbivores. Calvin fait cavalier seul cette fois ci, de toute manière ils n'arriveraient pas à trouver deux proies dans la même partie d'Ottawa, la capitale du Canada. Il était sur le pont de la O'Connor Street, à six heures le matin, il n'y avait pas grand monde. Seulement ceux qui faisaient leur footing avant le levé du soleil. Celui-ci peignant le ciel en une couleur rougeâtre donnait un air sinistre à la rue. La Vampire descend les escaliers qui mènent au chemin longeant le Patterson Creek qui provient du Rideau Canal. Il n'y a pas grand monde. Un homme qui marche avec son chien et puis il y a une femme un peu plus loin. Il décide que se sera elle. Souvent des femmes d'ailleurs, sûrement parce que c'est plus simple pour lui de les attirer dans son piège. Il suffit qu'il leur face son plus beau sourire, qu'il fasse comme si il était perdu et puis elles meurs … Dommage, certaine sont jolie, il les garderait bien mais quand on a faim … Le cerveau ne répond plus ! C'est ainsi qu'il sort une carte de sa poche et qu'il se dirige vers la femme en question. Elle est assez petite, environ un mètre soixante, plutôt fine, de longs cheveux noirs qui encadrent un visage blafard, de grands yeux verts illuminant celui-ci. Elle porte un long manteau rouge car il fait encore frais ce matin dans les rues de la capitale. Il avance, plus que six mètres et il pourra l'aborder. Il commence à sentir l'odeur alléchante de son sang mais il ne doit pas y penser, avant il doit l'emmener à l'écart pour ne pas que l'homme se retourne en entendant du bruit et assiste à la scène. Deux mètres, il lève la tête et affiche en sourire embarrassé pour attirer l'attention de sa proie qui croise son regard et lui sourie. Un mètre, il s'arrête et déplie son plan. Il ouvre la bouche et, prenant un accent français qu'il adore, demande :


    « Please Miss, can you help me ? »

    La jeune femme, la trentaine d'après se qu'il peut en juger désormais, s'arrête et pose un regard chaleureux sur lui. Elle affiche un sourire ravissant et dans un français parfait répond :

    « Oui bien sur ! Que puis-je faire pour vous ? »

    Surpris, C. manque de se déconcentrer et de lui sauter dessus. Reprenant le dessus, il affiche un sourire ravie et demande, l'air très embêté :

    « Je cherche la St Paul University ! »
    « Ah oui, venez je vais vous expliquer, mais ce n'est pas indiqué sur la carte ? »
    « En réalité de voudrait trouver le chemin le plus court, je suis exténué. »
    « Oh je comprends. Venez, je vais montrer un raccourcit ! »
    « Merci ! »

    Elle se dirige en direction d'une grosse pierre pour pouvoir tracer un chemin sur la carte du Vampire. Celui-ci attend deux secondes pour la rejoindre, vérifiant du coin de l'œil que l'homme était bien hors de son champs de vision puis il s'approche derrière elle, montrant les crocs. Elle allait ouvrir la bouche lorsqu'il a posé sa main blanche sur sa bouche tiède et qu'il a enfoncé ses crocs dans la chair tendre de la Française. En une minute et demi elle était vidée de son sang puis il la jeta à l'eau.
    Voilà, il avait mangé et c'était tout.




    « Fear and panic in the air,
    I want to be free
    From desolation and despair ! »

    Muse

    ~ Etats-Unis


    Il paraît qu'à deux nous sommes toujours plus fort, que rien ne peut nous arrêter, nous vaincre. Le mot peur ne fait pas parti de notre vocabulaire, seul amour et partage résonne dans notre tête. Et bien c'est faux. A deux nous sommes plus vulnérables encore que si nous étions seul, et pourquoi ? Tout simplement parce qu'on s'inquiète en permanence de ce qui peut arriver à l'autre. Et si, par malheur, l'autre vient à être touché il ne reste plus que désolation et désespoir. Vivre n'a plus de sens, mourir n'est plus qu'une fin logique et plus rien ni personne n'est assez bien à nos yeux.
    Cinq lettres, dont trois lettres seulement différentes, deux syllabes : Lilly.
    Calvin marche à ses côtés dans les rues de New York, leur mains entrelacées, il se sent léger. Peut-être qu'il est trop absent pour se rendre compte qu'ils sont suivis … Devon l'aurait tué s'il avait eu connaissance de sa négligence. Combien de fois avait-il pu dire que la rue était un territoire hostile surtout depuis la multiplication des chasseurs ? De très nombreuse certes. Devon est un des fondateurs, il l'a rencontré il y a plus de deux milles ans et depuis ils vivent en famille : Devon, Aileen qui est une Vampire que ce premier considère comme sa petite sœur, Lilly et lui. Devon n'est pas le plus vieux, c'est C. qui l'est. Pourtant c'est lui le chef. Il est plus intelligent, plus fort, et plus apte à cette tâche que le brun malgré son jeune âge. C'était bien un chasseur qui les traquait et il semblait résolu à les tuer. Pour une fois s'en est un qui se fond bien dans le décors. Cela devait faire plus de mille ans qu'il n'avait pas vu d'ennemi de ce type. La dernière fois qu'il en avait vu un c'était en mille trois, le mois d'octobre, il s'en souvient parfaitement parce que c'était la première fois qu'un d'eux le chassait lui. Il était plutôt discret et généralement personne ne le repérait. Il c'était débrouillé seul quand avant de trouver sa Lilly et jamais personne n'avait eu de doute sur son humanité. Peut-être grâce à son charisme incroyable et à ses charmes mais sûrement bien plus grâce à sa discrétion.
    Ils entrent dans une petite rue déserte et l'homme les suit, il semble parfaitement normal dans ses habits de ville. Pourtant … Une fois qu'ils sont assez enfoncés dans la rue pour que personne ne puisse rien voir, le chasseur accélère, c'est d'ailleurs grâce à cela que C. a pu l'entendre approcher. Il se retourne soudainement et se place devant la Vampire avec une rapidité effroyable. Sentant le danger il sort les crocs. Le chasseur, pas plus effrayé que si il approchait d'un enfant de quatre ans, continu d'avancer, déterminé. En marchant, il sort de sa poche un révolver, mais pas un simple révolver … Il semble massif pourtant il le tient comme s'il ne pesait qu'un kilo. Calvin commence à reculer, très lentement, emportant Lilly avec lui.


    « Je suis désolé. Je ne l'avais pas vu … »
    « Crétin ! On t'a assez remué pour te faire comprendre que tu dois être discret et c'est toujours toi qui attire les chasseurs ... et les problèmes aussi ! »

    Il tourne brièvement son visage vers elle, une lueur de culpabilité dans les yeux, puis il redirige ses yeux, rouges, sur le chasseur. Non loin des deux Vampires il y a une porte. Calvin a alors une idée. Il l'explique brièvement à L. qui acquiesce d'un signe de tête rapide puis tous deux regardent l'homme qui n'est plus qu'à dix mètres d'eux. Soudain ils se mettent à courir en direction de la porte, le chasseur tire deux coups à la dérobé et se lance à leur poursuite. Par chance, la porte est fermée à clé mais les gonds ne tiennent plus parce qu'elle est vieille. Calvin donne un fort coup de pied dedans et la porte cède. Ils s'enfoncent dans l'obscurité, puis deux secondes plus tard, le chasseur entre à son tour dans une pièce noir. Sur le seuil, il allume une lampe torche et commence à avancer, lentement, les Vampires peuvent être partout. Aussitôt la lampe allumée elle projette sa lumière blanche sur Lilly qui se trouve au fond de la pièce. Le chasseur avance, un sourire triomphant sur les lèvres. Il ne pense même plus au deuxième Vampire, il ne pense qu'à la gloire et rentrer et de dire qu'il a tué une Vampire ce matin alors qu'il en traquait deux. Deux … Il a à peine le temps de diriger le faisceau lumineux vers le plafond que Calvin lui saute déjà dessus. Il le mort et Lilly se précipite également sur lui. L'odeur du sang la rend incontrôlable. Ils mangent donc tout deux à leur faim. Après avoir refermé la porte, ils sortent.

    « Je crois que ce genre de … problème, va souvent revenir. J'ai entendu parler d'une école où les Vampires et les humains sont logés à la même enseigne. Il faudrait en parler à Devon et Aileen, je suis certain qu'ils accepteront. »

    Et en effet, ils ont accepté.




Who is behind the computer ?


n'Aurelle
17 ans
Grâce à une recherche de forum vampirique.
Le forum est vraiment magnifique au niveau du design.
2 à 3 fois par semaine.



Dernière édition par Calvin A. Johnson le Jeu 21 Oct - 18:19, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin Vampire
Admin Vampire
Satis J. Baldwin
Satis J. Baldwin
Féminin
Nombre de messages : 470
Age : 25
Age du perso : 825 ans, mais une vingtaine d'année en apparence
Amour : William & Rafaël
Phrase Perso : Devil is just a point of view


Date d'inscription : 04/01/2009

[+++]
Relations }:
MessageSujet: Re: Sombres Songes | C. Johnson Jeu 15 Juil - 1:07



    Ah, qu'est ce que tu es généreuse de faire sortir notre petit Calvin de l'ombre, il commençait à nous manquer *ç*
    Attend juste que je finisse la fiche de ton personnage, car dans l'ancienne, il n'était pas vraiment précisé ta relation avec Devon, pour le moins explosive, tu vérras pourquoi ^^ Ainsi que ton séjour à Londres x)
    Ensuite, dès que tu auras finis, je me ferai un plaisir de te répartir

    enjoy clown





“ even angels have their wicked schemes

blackbird & Eden Memories
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Nombre de messages : 89
Age : 25
Age du perso : 2306 ans
Amour : Lilly T. Johnson
Phrase Perso : « Tous les matins du monde sont sans retour. »


Date d'inscription : 11/07/2010

[+++]
Relations }:
MessageSujet: Re: Sombres Songes | C. Johnson Ven 16 Juil - 12:35

    Il avait l'air tellement seul le pauvre Calvinou, comme dirait Lilly ! xD J'ai pas pu m'en empêcher ! =D
    D'accord, je rajouterai ce qu'il manque et je préviendrai par MP ! =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin Vampire
Admin Vampire
Satis J. Baldwin
Satis J. Baldwin
Féminin
Nombre de messages : 470
Age : 25
Age du perso : 825 ans, mais une vingtaine d'année en apparence
Amour : William & Rafaël
Phrase Perso : Devil is just a point of view


Date d'inscription : 04/01/2009

[+++]
Relations }:
MessageSujet: Re: Sombres Songes | C. Johnson Mar 31 Aoû - 15:09



    J'adore ta fiche, tu as très bien cerné le personnage, surtout ta relation avec Devon. Simplement pour rappel n'oublie pas le besoin de séduction de notre beau Vampire et son sadisme démesuré *ç*
    Je te valide donc avec plaisir, et tu me dois un rp à l'occasion Laughing




“ even angels have their wicked schemes

blackbird & Eden Memories
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin
Nombre de messages : 89
Age : 25
Age du perso : 2306 ans
Amour : Lilly T. Johnson
Phrase Perso : « Tous les matins du monde sont sans retour. »


Date d'inscription : 11/07/2010

[+++]
Relations }:
MessageSujet: Re: Sombres Songes | C. Johnson Mar 31 Aoû - 16:56

    Merci beaucoup =D
    Pour le RP se sera avec plaisir *___*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sombres Songes | C. Johnson

Revenir en haut Aller en bas

Sombres Songes | C. Johnson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vamp University :: BIENVENUE SUR VAMP' UNIVERSITY :: « Présentation de vos personnages » :: ▬ Bienvenue chez les fous !-